loading Musée Mariana

La dépose de la mosaïque du baptistère


Le baptistère paléochrétien - © Pixel Envol Proposition de restitution du baptistère - © Isabelle Istria Etat de conservation des mosaïques - © Ville de Lucciana Lavage à l'eau de la mosaïque, ici la mosaïque des canards - © Ville de Lucciana Le gabarit de la mosaïque, effectué sur un assemblage de planche de bois - © Christophe Laporte Gabarit de la mosaïque - © Christophe Laporte Pose des bandes de gaze - © Ville de Lucciana Pose des bandes de gaze - © Ville de Lucciana La gaze est collée à la mosaïque - © Ville de Lucciana La gaze est collée à la mosaïque - © Ville de Lucciana On définit différents panneaux numérotés - © Ville de Lucciana La mosaïque est divisée en plusieurs panneaux - © Christophe Laporte La mosaïque est divisée en plusieurs panneaux - © Christophe Laporte Dépose de l'un des panneaux - © Ville de Lucciana Dépose de l'un des panneaux - © Ville de Lucciana Dépose de l'un des panneaux préalablement renforcé par de la toilede jute - © Ville de Lucciana Dépose de l'un des panneaux préalablement renforcé par de la toilede jute - © Ville de Lucciana Une fois détachés, les panneaux sont retournés sur un support rigide - © Ville de Lucciana Une fois détachés, les panneaux sont retournés sur un support rigide - © Ville de Lucciana Une fois détachés, les panneaux sont retournés sur un support rigide - © Ville de Lucciana
Christophe Laporte, restaurateur de mosaïque pour l'atelier de Saint-Romain-en-Gal était en mission à Mariana du 16 au 20 juin 2014 pour prélever la mosaïque du baptistère paléochrétien. Elle sera ensuite restaurée dans son atelier, au sein du musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal.

Bref rappel historique : Le baptistère et la basilique paléochrétienne de Mariana ont été mis au jour par Geneviève Moracchini-Mazel dans les années 60. Construit vraisemblablement au tout début du Vème siècle, ce complexe épiscopal fait partie des tous premiers édifices chrétiens de l'île, avec celui de Sagone et Ajaccio.  Du baptistère, il ne subsiste aujourd'hui que la base des murs, la cuve baptismale et le sol orné de mosaïques aux motifs animaliers et divinités marines. Vous trouverez dans le diaporama ci-contre à quoi pouvait ressembler cette petite construction où des centaines de fidèles ont reçu le baptême durant tout le haut Moyen-Age.

Pourquoi une dépose ? : La dépose, c'est à dire le prélèvement à des fins de restauration, de la mosaïque du baptistère s'est avérée indispensable en raison du très mauvais état de conservation de la mosaïque. Celle-ci, bien que protégée par du sable et du film géotextile, n’en subit pas moins les dommages du temps et des intempéries. Sa restauration permettra d'assurer sa pérennité et de restituer les parties manquantes pour une meilleure lisibilité. Bien consolidée, elle pourra ensuite être replacée à sa place d'origine.
 

Les différentes étapes de la dépose

1 - Après des relevés graphiques, des prises de notes et prises de mesures, la mosaïque est lavée à l'eau avant d'être séchée.

2 – Le restaurateur effectue alors des gabarits sur planches de bois en contreplaqués afin de restituer précisément l'emplacement d'origine de la mosaïque et de pouvoir éventuellement la redéposer sur site, sur un support adapté.

3 - L'entoilage : la mosaïque est ensuite recouverte de bandes de gazes chirurgicales sur lesquelles on imprègne au pinceau une colle vinylique diluée dans l’éthanol. Le restaurateur applique une deuxième couche de gaze et de colle puis on laisse sécher… La gaze peut être remplacée ou renforcée par de la toile de jute, plus solide.

4 - La mosaïque est divisée en plusieurs panneaux numérotés et reportés sur un plan. Il est en effet impossible de la prélever en une seule fois. Les différents panneaux seront ensuite réassemblés en atelier. 

5 – La dépose. A l'aide de lames rigides, couteaux de cuisines, pics, masses et divers outils… le restaurateur sépare les tesselles (petits cubes qui composent la mosaïque) de l'enduit, panneaux par panneaux. Cette opération est la plus délicate. A certains endroits, l'enduit se désolidarise difficilement des tesselles ! Mais il faut surtout veiller à ce que les tesselles ne se décollent pas de la gaze (ou de la toile de jute)…

6 – Lorsque un panneau est totalement détaché de l’enduit, il est déposé sur un support (gaze contre le support) de manière à être transporté jusqu’à l'atelier du restaurateur.


Après restauration, la mosaïque pourra être exposée dans le futur musée ou même replacée temporairement sur le site à sa place d'origine.